MARY POPPINS

Les films
qui font du bien.
Les films
qui rendent heureux !

Tous les bons films ne sont pas des Films Bonheur... mais tous les Films Bonheur sont de bons films !


FEVRIER 2017

 

 
Amies, Amis des Films Bonheur,
Bonjour !


Philippe Lacheau est un grand de la comédie. S'il continue comme ça, il va nous créer avec sa bande rien moins qu'un nouveau "Splendid". Dans "Alibi.com", notre nouveau Film Bonheur, il est "le maître à bord". Scénariste, dialoguiste, acteur et réalisateur ! Un tour de force et une réussite sur toute la ligne. Sans la moindre facilité et avec tout ce qu'il faut pour que les engrenages de la comédie tournent à fond et déclenchent ces rires qui font tant de bien.

-oOo-

Mais que se passe t-il ? Voilà un mois de février qui étincelle comme rarement et qui fait suite à un mois de janvier unique dans nos annales. En effet, et aussi incroyable que cela puisse paraître, nous avons trouvé le mois dernier trois Films Bonheur sortis le même jour !!!

Le 25 Janvier 2017 restera donc un jour historique pour notre sélection puisque non seulement nous avions déjà élu "La La Land" Film Bonheur et "Tous en scène" P'tit Bonheur,  mais nous avons également décidé de décerner notre label de "P'tit Bonheur de film" à "L'ascension" que nous vous présentons sur cette lettre, avec un petit décalage, alors qu'il poursuit une formidable carrière en salles en plein milieu de ces vacances de Février. 

Donc, deux élus sortis le même jour c'était déjà rare mais trois… c'est du jamais vu ! C'est en effet tout simplement la première fois depuis le lancement de notre association. Et, ravissement souverain, nos trois films sont arrivés TOUS LES TROIS en tête du box-office la semaine de leur sortie !

Serait-ce un signe que 2017 sera un Millésime "Films Bonheur" exceptionnel ?!

C'est très possible au vu des très excitants projets 2017 que nous traquons et rassemblons quotidiennement dans notre périscope et que nous dévoilons un mois en avance sur notre site et dans notre page Facebook.

Un grand Millésime ! 

C'est étonnant de voir combien il est aisé d'établir un parallèle entre le monde du cinéma et le monde du vin.

Comme pour les grands crus, il faut du temps pour que les histoires se décantent, que les films se produisent et qu'enfin ils se dégustent !

C'est étonnant de constater aussi combien le soleil et la pluie ont des conséquences sur la vie du vin comme sur celle des films…

C'est étonnant enfin de se rendre compte que, comme pour le vin, il y a des années plus ou moins bonnes et d'autres exceptionnelles. Qu'il y a des vins légers et charmants et d'autres graves et profonds… tout comme des films !

Alors à tous les auteurs, acteurs, réalisateurs et producteurs qui vont nous procurer du bonheur en 2017 : Tchin Tchin ! A vot' santé et un grand Merci !

 
Amitié
Jean-Claude Guerrero
Fondateur de www.filmsbonheur.com et Président de
l'Association du Festival des Films Bonheur

Qui nous suit ?


Notre Page Facebook grandit chaque jour un peu plus ! Elle vient de dépasser les 145 000 fans qui comptent eux-mêmes un peu plus de 20 millions d'ami(e)s ! Ce sont, à 95 %,des adolescent(e)s et de jeunes adultes (13-24 ans). Avec une légère majorité féminine (54 %). 
Par ailleurs, cette lettre est envoyée personnellement à 4215 personnes. En majorité des professionnels de l'audiovisuel et des médias (dont 1000 journalistes et 1000 exploitants), plus les membres de notre club.

La lettre alibi (.com)

Prétexte, esquive et subterfuge

Il y a longtemps que nous n'avions ri d'aussi bon cœur au cinéma !

C'est d'autant plus agréable lorsque ça vient d'un film que nous sommes allés voir avec quelque appréhension…

En effet, si nous avions vraiment bien aimé "Babysitting"  (élu P'tit Bonheur 2014) en nous disant qu'une nouvelle troupe du Splendid était née, nous n'avions pas du tout, mais alors pas du tout, fonctionné au 2ème volet qui, pour nous, rassemblait tous les défauts d'une mauvaise suite (recettes du premier en mode copier/coller,  moyens financiers aussi ostentatoires que mal utilisés, dialogues lourds, vulgarité soulignée, etc…) et nous pensions avoir touché le "fond"… avec une comédie récente d'une voiture instoppable sur une autoroute…

Ces 3 films étant plus ou moins liés par la même bande de copains.

Mais Philippe Lacheau, initiateur du premier Babysitting et indéniablement celui qui a le plus de talent, est devenu avec "ALIBI.COM" le seul maître à bord ! Et là ça décoiffe vraiment !

Disons-le tout net, en tant qu'auteur, acteur et réalisateur, il réinvente le rire à la française !

Tout en partant de recettes éprouvées, il les dynamite et les refaçonne avec une ironie caustique MAIS mâtinée de tendresse. C'est-à-dire qu'il revisite De Funès en n'oubliant pas Bourvil. Il n'hésite pas à marier les ressorts de Labiche à l'absurde de Raymond Devos. Il emprunte aux situations de Feydeau ce qu'il rend aux dialogues des Inconnus.

Ses quiproquos se délectent dans l'excentrique, ses coups-de-théâtre se mesurent au suspense des thrillers, ses dialogues (ah ses dialogues ! ) font feu de tout bois mixant, dans de justes proportions, élégance d'esprit et vulgarité calculée.

Après une mise en place de la situation qui se fait à la vitesse de l'éclair (les 5 lignes du synopsis d'Allo-Ciné sont exposées en 5 minutes), on pénètre tout de suite dans la forêt des surprises ! La première, dont nous ne vous dirons rien évidemment (et qui ne se trouve PAS dans la bande-annonce, comme celles qui suivent d'ailleurs, ce qui  tient du miracle de nos jours  !), vous chope en plein vol alors que vous n'y étiez pas préparé.

C'est le propre d'une surprise me direz-vous mais nous avons tellement l'habitude de voir des "scènes téléphonées" (défaut inhérent à la comédie française en général) que là nous sommes restés scotchés, l'espace d'une seconde, avant d'éclater de rire comme quand on était gosses ! Qu'est-ce que ça fait du bien !

Alibi.com exploite à merveille ce que les spécialistes du scénario appellent "l'ironie dramatique", c'est-à-dire que le public a des informations qu'au moins un des personnages n'a pas, ce qui nous rend complices de l'action jusqu'à ce qu'à notre tour nous soyons pris au piège d'un nouveau twist auquel on ne s'attendait pas…

Oui vraiment, Alibi.com est une BONNE comédie, c’est-à-dire une comédie qui ne prend pas le spectateur pour un demeuré, une comédie où le rire possède une dimension humaine (ni bête et méchant, ni mièvre ou prise de tête non plus), une comédie qui sait surprendre, qui parvient à rendre plausibles des situations totalement loufoques, une comédie qui vous fait rire de bon cœur et qui arrive même à vous émouvoir l'espace d'un instant pour mieux rebondir ensuite !

Bref "Alibi.com" est une super BONNE comédie que nous avons élu "Film Bonheur" à l'unanimité et immédiatement au sortir de la salle, c'est dire !
Sortie nationale le 15 Février
 

Tel Don Quichotte

Commençons par ses défauts. L'ascension est tout simplement dépourvu de suspense !

Dans un film "de cinéma" il y aurait eu des obstacles qui se seraient mis en travers de la route du héros, des méchants qui lui auraient fait suivre une fausse piste, des jalousies ou des poisons qui l'aurait miné, des avalanches qui... etc…

Là, rien de tout ça : Samir fait un jour le pari de grimper au sommet de l'Himalaya pour épater sa petite copine. Il grimpe au sommet de l'Himalaya et il épate sa petite copine ! 

Des films où les protagonistes se lancent dans un projet fou malgré une situation de départ a priori impossible, nous en avons vu beaucoup et nous en avons retenu un peu (13 sur 572) regroupés dans une thématique spécifique au sein de l'Intégrale des Films Bonheur

Les "projets fous" font effectivement partie intrinsèquement de la recherche du bonheur et ce d'autant plus dans le cadre surréel propre au cinéma. Encore faut-il que l'on parle de cinéma et pas de roman à l'eau de rose !

Nous avions toutes ces craintes en abordant "L'ascension" et le début nous a effectivement un peu hérissé le poil. Le héros trop souriant benoîtement tout le temps, sa copine trop maquillée et filmée en trop gros plan (défaut si typiquement français…), parents trop caricaturaux tout comme les copains de la cité… etc… Bref le départ a été laborieux. Et puis…

Et puis, "il se passe quelque chose".

C'est progressif mais tout à fait perceptible. Au fur et à mesure que le film avance, on commence par trouver de plus en plus sympa ce grand benêt maladroit. Ce n'est pas encore de l'identification mais on se met à croire petit à petit à son projet fou car il est en osmose avec sa façon d'aborder la vie et les autres.

C'est à dire d'une manière ouverte et généreuse mais aussi courageuse et intelligente car notre grand dadais n'est pas du tout idiot, bien au contraire et, malgré ses vantardises, il possède un solide sens psychologique. Et l'intensité grimpe d'un cran lorsque la vraie montagne est enfin là. Et notre émotion grandit avec.

Si vous avez vu le poignant et terrifiant film "Everest" (lui aussi tirée d'une histoire vraie), vous savez que l'on ne rigole pas là-haut. Or en visionnant "L'ascension" on ne peut s'empêcher d'y penser et de plus en plus fort. D'abord parce que les vues de cette montagne hors-norme sont terriblement impressionnantes et dépassent et de loin celles que l'on voit généralement dans une comédie.

Ensuite parce qu'on se dit qu'on est, là-aussi, dans une histoire vraie et que notre jeune héros tout fou-fou l'a VRAIMENT fait, son "n'importe quoi" pour épater sa belle !

La prise de conscience de la confrontation entre cette abrupte réalité et l'incommensurable ingénuité de Samir apporte à ce dernier une force qui évoque celle là même de Don Quichotte se battant contre les géants moulins à vents pour pouvoir mériter l'amour de sa belle Dulcinée. Cela donne une tout autre dimension au propos du film, rehausse son histoire et fait battre notre cœur au rythme de la marche de son héros. Deux pas, une respiration...

Jusqu'à cette fin dont on se doute bien mais que le réalisateur parvient à nous faire vivre pleinement, joyeusement, sincèrement. Comme le héros de son film, il a atteint son but !

C'est pourquoi, avec ses petits défauts techniques et ses grandes qualités de coeur, "L'ascension" a été élu P'tit Bonheur et est devenu le 14ème film "Projet fou" au sein de notre prestigieuse collection.


Tous les bons films ne sont pas des Films Bonheur... mais tous les Films Bonheur sont de bons films !


 

< Toutes les lettres >

Haut