E.T. L'EXTRA-TERRESTRE

Les films
qui font du bien.
Les films
qui rendent heureux !

Tous les bons films ne sont pas des Films Bonheur... mais tous les Films Bonheur sont de bons films !


DECEMBRE 2010


 

Amies, Amis des Films Bonheur,
Bonjour !

Facebook, Tout le monde en parle. Beaucoup y sont ! Aussi avons-nous décidé de nous y lancer. Pour renforcer les liens que nous avons ensemble. Pour grandir en notoriété. Pour chercher/trouver LA ville idéale prête à accueillir notre Festival.
 
Dans quelques jours donc, celles et ceux d'entre vous qui sont sur Facebook, recevront de ma part un petit message pour vous informer du lancement de la "fan page" des films Bonheur !
 
Inutile de vous dire que l'on compte sur vous pour faire grandir le buzz ! Par Facebook, par Twitter, par mail, par sms, par mobile et même par lettre -si vous savez encore comment ça marche- faites nous connaître auprès de vos ami(e)s, cousin(e)s, pote(sse)s, parents, enfin tout le monde quoi !
 
Et venez aussi nous aider à animer la fan page par vos interventions, histoires, "J'aime", critiques, commentaires, "notifications", coups de coeurs !

Surtout, ne soyez pas intimidés... (ou bien allez voir avant le film de Jean-Pierre Améris !)
 
A très bientôt donc !
 
Et pour 2011 et les suivantes, souhaitons nous à toutes et tous : 
Du bonheur ! Encore du bonheur ! Toujours du bonheur ! Oui, oui... Rien que ça...

 
Amitié
Jean-Claude Guerrero
Fondateur de www.filmsbonheur.com et Président de
l'Association du Festival des Films Bonheur

La lettre au Père Noël

Les émotifs anonymes

De Jean-Pierre Améris
Avec Isabelle Carré, Benoît Poelvoorde
 
On a tous vécu ça !
Heureusement, pour la plupart d'entre nous, c'est parti au sortir de l'adolescence ou avec le premier job,
mais d'autres conservent bien plus loin dans leur vie cette émotivité excessive doublée d'une timidité paralysante.
 
Ca vous bloque, vous donne des vapeurs, vous fait sortir des mots aux mauvais moments, vous fait faire des gestes inconsidérés.  la liste est longue de ces maladresses et autres pataquès que cette "énergie souterraine débordante" peut engendrer.
 
Pour "les autres" cela peut paraître touchant ou même attendrissant, ou "rigolo".
mais pour ceux qui en souffrent, cela peut parfois tourner au supplice. et alors il faut se faire soigner !
 
"Les émotifs anonymes" est le film le plus humain et intelligent qui ait été fait sur ce sujet délicat.
Comment faire rire en effet de ces "petits travers" sans être méchamment moqueur ? Et comment émouvoir de ces "blocages à répétition" sans être sinistre voire angoissant ?
On est au cinéma ! Ni à la fête à neuneu. ni dans le cabinet d'un psychologue. D'où la difficulté.
 
Et alors là, quelle maîtrise ! Quel savoir-faire ! Quelle (parfaite) sensibilité !
 
"Les émotifs anonymes" est un film indispensable.
Pour faire prendre du recul à tous ceux qui sont atteints de ces encombrants complexes (et leur donner envie à eux aussi d'en sourire et de s'en débarasser) mais aussi bien sûr, pour permettre à tous ceux d'entre nous, qui se sont retrouvés et se retrouveront un jour face à ces personnes, de comprendre leur situation et de les écouter avec le coeur et l'esprit les plus grand ouverts possible.
 
Mais en attendant, comme on est au cinéma et dans du beau et du bon cinéma, il faut profiter, se régaler, déguster cette perle rare, pleine de moments de pure comédie se mélangeant à des moments d'une intensité émotionnelle rare ("Les Yeux Noirs".) pour nous donner au final un vrai film bonheur.
 
Je m'attarde rarement sur les performances des acteurs car pour moi, quand le film est réussi et que l'on croit en ses héros, "cela va de soi"... Ici pourtant, les personnages interprétés étant par nature "modestes", il est terriblement troublant de constater combien on y croit. jusqu'à se demander si Isabelle Carré et Benoît Poelvoorde ne sont pas vraiment comme ça dans la vie ! 
 
Il paraît en tous cas évident que ces deux-là doivent être au Palmarès des César 2010.
Comme c'est en février, nous serons très vite fixés, quand ils devront faire leur grand discours, s'ils sont "aussi émotifs que ça" !
 
Vous voyez je suis encore dans le film.


Tous les bons films ne sont pas des Films Bonheur... mais tous les Films Bonheur sont de bons films !


 

< Toutes les lettres >

Haut