LA RUEE VERS L'OR

Les films
qui font du bien.
Les films
qui rendent heureux !

Tous les bons films ne sont pas des Films Bonheur... mais tous les Films Bonheur sont de bons films !


MARS 2015




Amies, Amis des Films Bonheur,
Bonjour !

Les magiciens ne devraient JAMAIS révéler leurs trucs. Ou alors seulement à d'autres apprentis magiciens.

Pour les spectateurs lambda que nous sommes, la Magie doit rester Magique !

Le nouveau film de Jean-Jacques Annaud, "Le dernier loup", film spectaculaire s'il en est (mais pas Film Bonheur), comporte une scène d'anthologie.

Vraiment quelque chose de jamais vu, d'époustouflant, de grandiose. Une scène qui comptera dans l'histoire du cinéma et restera dans l'inconscient de tous ceux qui l'ont découverte, les yeux écarquillés, les oreilles grandes ouvertes, le cœur battant la chamade.

Une horde de loups attaque un troupeau de chevaux, la nuit, au milieu d'une tempête de neige et les pousse dans une furia indescriptible vers un lac gelé pour les noyer.

Chaque image est un choc, chaque son une hypnose et chaque seconde une portion de notre vie que nous partageons avec celui qui a imaginé ce maëlstrom et qui l'a rendu réel. C'est magique !

J'en étais là de mon ébahissement quand je suis tombé sur une interview vidéo largement diffusée de Jean-Jacques Annaud (pour qui nous avons une grande admiration) qui expliquait par le menu tout ce qu'il avait fallu d'efforts et de trucages pour créer un tel moment.

J'ai alors re-revu la scène dans ma tête mais cette fois avec les drones, les filets, les barrières, les superpositions, les retouches, les répétitions, bref toute la "quincaillerie" et le savoir-faire (certes !) qu'il a fallu pour tourner cette scène et là, forcément, quelque chose a changé dans mon esprit.

Je reste admiratif de ce moment de cinéma mais il est devenu plus technique que spirituel, plus pratique qu'émouvant, plus "simplement difficile" que magiquement fou.

De la même façon que je n'ai pas besoin, 
pour ressentir un sentiment profond en admirant le plafond de la chapelle Sixtine, de savoir le nombre d'échafaudages qu'il a fallu à Michel-Ange, j'aurais envie de dire à ce grand réalisateur qu'est Jean-Jacques Annaud de garder ses précieux secrets bien au chaud et de ne les transmettre qu'en chuchotant à des jeunes cinéastes qui voudraient s'y mesurer. Mais que pour nous sa magie nous comble... et nous suffit !

J'en étais là de mes réflexions lorsque j'ai découvert, avec un émerveillement grandissant à chaque image, le nouveau film de Kenneth Branagh, Cendrillon.

Cendrillon "en vrai"...

Et là, question magie, j'ai été servi !
 
Bonne projection
 
Amitié
 
Jean-Claude Guerrero
Fondateur de www.filmsbonheur.com et Président de
l'Association du Festival des Films Bonheur

Qui nous suit ?


Notre Page Facebook
grandit chaque jour un peu plus !

Elle vient de dépasser les
107 000 fans
qui comptent eux-mêmes
un peu plus de 15 millions d'ami(e)s !

Ce sont, à 95 %,
des adolescent(e)s
et de jeunes adultes (13-24 ans).
Avec une légère majorité
féminine (54 %).

Par ailleurs, cette lettre est envoyée personnellement à 3218 personnes.
En majorité des professionnels de l'audiovisuel et des médias.

La lettre de Cendrillon

L'inattendu est partout et le spectacle total

Comment un film dont on connait l'histoire par cœur peut-il surprendre, enchanter, émouvoir ? Comment un film qui a donné lieu à l'un des plus iconiques dessins animés de toute l'histoire du cinéma peut-il se distinguer, séduire les nouvelles générations et se hausser au-dessus de toutes comparaisons ?

Ce sont sans doute quelques-unes des interrogations vertigineuses qui ont dû hanter le cerveau d'un réalisateur aussi doué que Kenneth Branagh lorsqu'il a accepté, à la demande de Disney, de réaliser le "remake live" du plus illustre conte de fées au monde.

C'est aussi le genre de questions que se poseront inévitablement bon nombre de spectateurs, un tant soit peu âgés, qui ont vécu depuis plus d'un demi-siècle avec "leur" Cendrillon en mémoire.

Autant le dire de suite, le pari insensé est remporté haut la main ! 

Mais approchons nous doucement... car la magie va commencer !

Le gigantesque écran s'ouvre sur une vue de la campagne illuminée où un jeune couple rit tout au bonheur d'être avec son petit bébé.

Nous sommes devant un véritable tableau de Renoir qui nous enveloppe ! C'est un création picturale d'une beauté exceptionnelle. On est éblouit par un tel équilibre, une telle perfection… et notre éblouissement grandit encore bien sûr quand "on rentre" à l'intérieur de ce cadre sublime. En quelques secondes nous y sommes ! Et nous sommes médusés.

Un à un, les personnages apparaissent maintenant avec un naturel et une vivacité qui nous les rendent immédiatement présents, réels, vivants !

Et l'histoire se déroule. On la connait par cœur mais on la redécouvre entièrement. L'inattendu est partout et le spectacle total.

Le retour en catastrophe du bal par exemple, alors que minuit est passé et qu'objets et animaux retrouvent au fur et à mesure leur forme initiale, est une prodigieuse création cinématographique à couper le souffle qui nous transporte au coeur même de l'imagination de Charles Perrault. Ce moment où la magie s'arrête dans l'histoire donne naissance alors à un autre moment de magie, propre au cinéma, qui laisse sans voix.

C'est ainsi que par l'émotion, réelle et forte qui nous partageons avec ces êtres de chair et de sang, par l'humour et l'espièglerie des amis-animaux "plus vrais que nature" de Cendrillon, par l'inattendu de la nouvelle lecture qu'en donne Kenneth Branagh et qui fait la part belle à la magie, par le rythme qui ne faiblit pas une seconde et que souligne l'orchestration symphonique endiablée du génial compositeur Patrick Doyle, enfin par l'humanité dont font preuve les protagonistes de cette histoire éternelle (à part la marâtre évidemment… magnifique méchante Cate Blanchett), nous avons été emportés, conquis et sommes heureux d'accueillir Cendrillon "live" au sein de la grande famille des Films Bonheur !
Sortie nationale : 25 mars

 

Nous avons les honneurs de
la presse professionnelle...

CÔTÉ CINEMA est le magazine professionnel qui s'adresse en priorité aux exploitants de salles de cinéma.
Nous avons eu le grand honneur de découvrir dans leur dernier numéro, un encadré (voir ci contre) parfaitement condensé et résumant d'une façon claire et explicite tout ce nous nous avons entrepris. Vraiment super ! Un grand merci à eux.
Dans l'actualité professionnelle, nous avons appris par ailleurs que Côté Cinéma avait rejoint le groupe Webedia qui regroupe entre autres BoxOffice Media et Allo-Ciné. 

...et grand public

Magazine grand public de cinéma et de vidéo réputé depuis de nombreuses années, LES ANNEES LASER s'adresse aux cinéphiles doublés de puristes high-tech cherchant à visionner leurs films dans les meilleures conditions possibles (souvent sur des "Home Theatre" très sophistiqués).
Grande fut notre joie de découvrir qu'une pleine page intitulée
"I feel good" nous a été consacrée dans le numéro Février-Mars de ce prestigieux magazine.
Avec l'aimable autorisation des Années Laser, que nous remercions vivement, vous pouvez découvrir l'intégralité de cet article sur notre site, www.filmsbonheur.com, dans la rubrique Association / Revue de presse.

 

Bonne lecture !



Tous les bons films ne sont pas des Films Bonheur... mais tous les Films Bonheur sont de bons films !


 

< Toutes les lettres >

Haut