E.T. L'EXTRA-TERRESTRE

Les films
qui font du bien.
Les films
qui rendent heureux !

Tous les bons films ne sont pas des Films Bonheur... mais tous les Films Bonheur sont de bons films !


MAI 2011


 

Amies, Amis des Films Bonheur,
Bonjour !

Nous avons trouvé 1 (un) Film Bonheur à Cannes !

C'est vrai c'est rare. mais ça arrive et nous revenons avec un drôle d'animal dans nos bagages.
 
N'ayez pas peur d'aller voir "Le complexe du castor" de et avec Jodie Foster plus Mel Gibson !

D'abord, le fait qu'il soit certifié Film Bonheur devrait déjà vous rassurer...

Mais je comprends qu'aller voir un film qui montre sur l'affiche un mec vautré sur un lit avec une peluche de castor sur son bras,
qui a dans son titre le mot "complexe" et dont le synopsis raconte comment le personnage principal se sort d'une dépression nerveuse n'a rien de vraiment "sexy" au départ.
 
Est-ce que ça va ressembler à une séance de thérapie de groupe ?! Une descente aux enfers ?! Une farce grotesque ?!

Vous n'y êtes pas du tout. Vous allez faire, avec "The Beaver", un voyage magnifique au coeur de l'humain dans ce qu'il a de meilleur.

Vous allez rire (un peu) et vous émouvoir (beaucoup). Vous allez être "surpris" (c'est un euphémisme) tout au long du récit, de la manière la plus extravagante et la plus jubilatoire qui soit grâce aux talents conjugués d'une raconteuse d'histoire ultra-douée et d'un joueur de rôles comme il en existe peu..

 
-oOo-

S é a n c e    d e    r a t t r a p a g e

A Cannes, dès sa première projection, ça a été le choc et j'avais écrit sur Facebook à son sujet : "J'ai vu "POLISSE" de Maïween. C'est un film complètement à l'opposé des films bonheur mais c'est un grand film avec des scènes d'anthologie. Attention c'est très fort et on en ressort pas indemne. Interprétations à (littéralement) couper le souffle de Karine Viard et Marina Fois. Mais c'est sûr qu'à la sortie, on est un peu pâle..."
 
Le lendemain j'avais assisté à la conférence de presse et j'avais été encore plus bluffé par la simplicité de ton et la maîtrise de son (difficile) sujet par Maïwenn. ''Polisse'' donc N'EST PAS un film bonheur mais c'est un grand film et sa réalisatrice est une personne douée qui, sans plaisanter, fait honneur à son métier et au cinéma français !

Son "Prix du Jury" est on ne peut plus mérité et la carrière de Maïwenn s'annonce sous les plus beaux auspices.
 
A Cannes je m'étais marqué d'aller voir "Polisse" en toute priorité parce que j'avais découvert le précédent film de Maïwenn, "Les bal des actrices" il y a seulement un mois... (Oui seulement un mois je sais... shame on me !).
 
Littéralement estomaqué par son extravagance maîtrisée et sa jubilation intense, je l'ai immédiiatement intégré comme Film Bonheur 2009 et j'ai écrit le petit mail suivant à son distributeur d'alors et ami...


 
Amitié
Jean-Claude Guerrero
Fondateur de www.filmsbonheur.com et Président de
l'Association du Festival des Films Bonheur

La lettre de la Croisette

Le complexe du castor

Premier bon point, la mise en place va hyper vite. Pas besoin d'une demi-heure pour nous montrer comment cette homme va descendre tout seul au fond de lui-même. En 5 minutes on est briefé par une voix off sobre et des images rapides. Puis on attend l'arrivée du "castor".

Et comme c'est vraiment tordu comme idée, on s'attend au pire.

L'inattendu arrive pourtant avec une évidence rare et là on se dit : d'accord on y est. c'est déjà incroyable, mais maintenant comment le scénariste va-t-il s'en sortir pour tenir en haleine son public deux heures durant avec ces "simples ingrédients". C'est tellement fou que ça en donne le vertige. Et ce vertige de surprises allant de l'intellect à l'émotion ne va pas cesser dans les minutes qui suivent jusqu'à la fin.

Pour décrire l'importance de l'inattendu dans un film, nous avons écrit sur notre site (dans la rubrique "4 briques + 1") : "Du petit gag à l'énorme machinerie, il faut une part de bizarre, de "pas normal" pour faire pétiller ce plaisir jubilatoire tellement propre au cinéma. En dans ce domaine, il n'y a pas de limites tracées ! Le spectateur est prêt à tout avaler pourvu que ce soit... "plausible" dans le contexte du film évidemment... qui lui peut être complètement fou !"

A ce niveau là, "Le complexe du castor" est un cas-d'école : tout y est "pas normal", tout y est fou et en même temps tout y est crédible et émouvant.
 
Bref, c'est très rare . et c'est très bon !

Je n'ai pas l'habitude de m'appuyer sur des références cinématographiques pour exprimer le bonheur que me procure un film. Mais je vais faire une exception.
J'ai pensé d'abord à Gollum dans "Le Seigneur des Anneaux" et à son dédoublement de personnalité si fort, si tragique et si émouvant, quand il se dispute avec lui-même en se mirant dans l'eau. Quel grand moment de cinéma !

J'ai également pensé à Tom Hanks dans "Cast away" de Robert Zemeckis quand il se retrouve seul au monde sur cette île déserte et qu'il crée avec ce ballon de foot, le personnage de Wilson avec qui il va se mettre à parler pour ne pas devenir fou.

Dans "Le complexe du castor" le héros s'invente cet interlocuteur pour ne pas se retrouver seul au monde... à l'intérieur de lui-même. et c'en est grandiose.

Jusqu'où l'homme est capable d'aller pour ne pas périr. Voilà une fantastique leçon d'espoir et d'énergie. Et c'est pour tout cela que ce film (qui ne compte pas, certes, beaucoup de moments d'humour -quoique- mais bénéficie d'une fin heureuse simple, évidente et pas emphatique) est consacré Film Bonheur !

Une bien belle soirée vous attend !

LE BAL DES ACTRICES

Cher Thierry,

Je viens de voir un film ma-gis-tral !
Et je me trouve totalement nul et je suis absolument furieux contre moi parce que. tu m'en avais parlé avec enthousiasme lors de sa sortie (et pour cause c'est toi qui l'a faite) et que celle-ci a eu lieu voici déjà plus de deux ans de cela.
Il s'agit du "Bal des actrices" de Maïwenn.
Je n'ai rien vu d'aussi original et d'aussi talentueux depuis au moins une décennie, si ce n'est plus !
Je trouve ce film "couillu" de la part de l'auteure, de la réalisatrice, de l'actrice, DES actrices, mais aussi du producteur et du distributeur !
Je trouve ce film d'une force, d'une originalité dense et électrisante.
J'ai pensé à Truffaut, vraiment. Il aurait adoré ce film qui est rien moins que le descendant atomique de "La Nuit Américaine".

Quel culot ! Quelle folie maîtrisée ! Quelle grâce !
Et surtout QUEL TALENT de faire un film aussi "gey-ser-ment" jubilatoire !
Ca bouillonne sans arrêt, ça pulse, ça surprend, ça laisse pantois.
Pour moi qui pense que la surprise et le rythme sont deux composantes essentielles de tout film qui se respecte, là je suis servi !
Il faut savoir que j'ai vu (découvert) ce film alors que je visionnai une pile de 15 à 20 films (principalement des premiers et deuxièmes films) que je n'avais pas eu l'envie de visionner jusqu'à présent...
Et effectivement, je les éliminai tous les uns après les autres (d'ailleurs assez éberlué de voir jusqu'où on pouvait aller dans le non-cinéma) quand j'ai mis le film de Maïwenn dans le lecteur en me disant "Combien de temps il va tenir celui-là, 20, 30 minutes ?..." (Faut dire que je n'aime pas du tout l'affiche.)

Et là, je suis resté scotché devant mon écran, tour à tour éclatant de rire, ouvrant des yeux énormes, ému, énervé, excité comme une puce, applaudissant même et j'ai vu ce film jusqu'à la toute toute dernière image/son du générique de fin en me disant : "C'est juste incroyable ! Je n'ai jamais vu un film pareil !
C'est follement osé/débridé ET extraordinairement maîtrisé/structuré.
C'est franchement une oeuvre à part dans le cinéma français. Oui une véritable oeuvre, et je pèse mes mots"

Voilà je voulais te dire tout cela car je m'en veux de m'être arrêté à une affiche alors que tu m'avais dis tellement de bien de ce magnifique film.
Si tu as l'occasion de croiser Maïween, surtout dis lui qu'elle compte un (very grand) fan de plus ! 
 
Amitié, Jean-Claude.



Tous les bons films ne sont pas des Films Bonheur... mais tous les Films Bonheur sont de bons films !


 

< Toutes les lettres >

Haut