VICE-VERSA

Les films
qui font du bien.
Les films
qui rendent heureux !

Tous les bons films ne sont pas des Films Bonheur... mais tous les Films Bonheur sont de bons films !


JUILLET-AOÛT 2017

 

 
Amies, Amis des Films Bonheur,
Bonjour !


Les jours se suivent et ne se ressemblent pas.

Heureusement d'ailleurs sinon cela voudrait dire que nous sommes tombés dans le film "Un jour sans fin" - Film Bonheur 93 (dont on attend de voir s'il est bien mentionné au générique d'un film français qui sort bientôt et qui en reprend complètement l'idée principale…). S'il pouvait en conserver la finesse et l'esprit ce serait une bonne chose mais la bande-annonce nous fait craindre le pire…

En début de cette année, il y a donc eu un tir groupé de 4 P'tits et Grands Films Bonheur, suivi d'un grand trou d'air, suivi de 2 P'tits bonheurs sortis à peine à une semaine d'intervalle fin juin : "Le Grand Méchant Renard" et "Cherchez la femme" que nous vous présentons aujourd'hui.

Les "films d'été" que nous avons vus jusque-là ne nous ont pas convaincus outre mesure… (Même MMM3 dont nous attendions beaucoup - trop peut-être ?).

Parmi les films que nous ne pourrons voir cause vacances, mais qui nous interpellent par leurs synopsis et leurs teasers, nous avons retenu : "CARS 3", "CRASH TEST AGLAE", "SALES GOSSES", "SUMMERTIME" et "VALERIAN"

Sans garantie bien sûr qu'ils offrent le moindre bonheur ou la plus petite once de joie… Nous ferons un point à notre retour à la mi-août.

Où déjà se profileront de bien beaux nouveaux prétendants à l'un de nos deux labels : "BONNE POMME", "MARY"…

D'ici là, bonnes vacances et bonnes projections

 

Amitié
Jean-Claude Guerrero
Fondateur de www.filmsbonheur.com et Président de
l'Association du Festival des Films Bonheur

La lettre de la femme retrouvée

Le rire
désarme

Ah la belle, bonne et merveilleuse surprise que ce film-là !

A priori, rien ou presque ne pouvait nous y préparer. En cause : un titre un peu trop aguicheur, un thème énervant (l'infériorité de la femme dans la culture orientale), l'emprise de la religion sur la vie quotidienne (encore et toujours…). Le tout sous la forme d'une comédie (qu'est-ce qui peut bien faire rire là-dedans ?) dont on pouvait craindre les parti-pris racoleurs pour attirer le chaland… 

Donc en fait, on n'y croyait pas trop à la base… Mais dès les premières images, on s'est rendu compte de notre grossière erreur. C'est pourquoi nous vous encourageons illico et de la manière la plus enthousiaste possible, d'aller SUR LE CHAMP vous régaler de ce bijou de cinéma et d'humanité !

Le synopsis dit ceci : Armand et Leila, étudiants à Science Po, forment un jeune couple. Ils projettent de partir à New York faire leur stage de fin d’études aux Nations Unies. Mais quand Mahmoud, le grand frère de Leila, revient d'un long séjour au Yémen qui l’a radicalement transformé, il s’oppose à la relation amoureuse de sa sœur et décide de l’éloigner à tout prix d’Armand.

A priori rien donc de très excitant comme histoire sauf que LA FAÇON de la raconter va vous faire vraiment rire ET vraiment pleurer comme seuls les très grands films savent le faire ! Ce film est un bouquet d'intelligence et de cœur.

L'émotion est toujours là, présente (entre autres, la séquence des vers de Victor Hugo vous arrachera des sanglots, mais il y en a tant d'autres !).

L'humour est roi (La pure comédie avec ses déguisements, ses quiproquos, ses poursuites, son ironie dramatique convoque le vaudeville, Feydeau, Labiche, Guitry et même Maître Francis Veber) jusqu'à nous faire évoquer "Tootsie", "Madame Doubtfire", "Shakespeare in love", "Certains l'aiment chaud" ou même... "Rabbi Jacob" !!! Et comme l'écrivait l'illustre Pierre Dac : "Le rire désarme, ne l'oublions pas".

Le rythme est précis (la réalisatrice ne s'appesantit jamais, elle sait que les spectateurs d'aujourd'hui comprennent vite et ne la lâcheront pas ! Elle use avec efficacité de l'ellipse pour nous captiver et nous interroger "en mouvement"…)

L'inattendu est dans l'audace. "Un film qui ose" dit l'affiche et, pour une fois, elle ne ment pas. Car la jeune réalisatrice n'hésite pas à aborder de front, et tout en riant, les thèmes les plus hérissants et les plus épidermiques actuels. Elle rit, elle nous faire rire, elle ironise mais avec bienveillance. Et c'est là son talent. Elle se gausse tout en émouvant, elle critique, tout en comprenant et en montrant.

L'humanité enfin, est prégnante. Même les religieux bornés sont attendrissants dans leur manière d'essayer de se dépatouiller avec leurs contradictions.

Disons-le tout net : "Cherchez la femme", c'est du cinéma rare, du très rare même ! Quand on apprend que c'est en plus un premier film, on en reste pantois. Tout est subtil, maîtrisé, jubilatoire, émouvant, communicant, vibrant dans ce film.

Et c'est pourquoi c'est illico un Grand Film Bonheur ! Foncez le voir !

Qui nous suit ?

Notre Page Facebook grandit chaque jour un peu plus ! 
Elle vient de dépasser les 153 000 fans qui comptent eux-mêmes un peu plus de 21 millions d'ami(e)s ! 
Ce sont, à 95 %,des adolescent(e)s et de jeunes adultes (13-24 ans). Avec une légère majorité féminine (58 %).
Par ailleurs, cette lettre est envoyée personnellement et en priorité à 4058 personnes.
En majorité des professionnels de l'audiovisuel et des médias (dont 1000 journalistes et 1000 exploitants), plus les membres de notre club.

Tous les bons films ne sont pas des Films Bonheur... mais tous les Films Bonheur sont de bons films !


 

< Toutes les lettres >

Haut