PRINCESS BRIDE

Les films
qui font du bien.
Les films
qui rendent heureux !

Tous les bons films ne sont pas des Films Bonheur... mais tous les Films Bonheur sont de bons films !


SEPTEMBRE 2015




Amies, Amis des Films Bonheur,
Bonjour !


J'espère que vous avez passé de bonnes vacances.

"Vice-Versa" (4 millions), "Les Minions" (6 millions) et Mission Impossible (qui fonce vers les 3 voire 4 millions) voici le trio gagnant des films de l'été. Dès leur sortie (ou bien avant si nous les avions vus en projection presse) nous leur avions décerné nos labels de : "Grand Film Bonheur" pour le premier et de "P'tits Bonheurs de Films" pour les deux autres.

Ces trois perles ont donc subjugué critiques et public et ont parfaitement satisfait le désir de cinéma de beaucoup d'entre nous, qui y vont disons une fois par mois.
Mais pour ceux qui vont au cinéma plus souvent (une fois par semaine par exemple, voire plus…), force a été de constater que l'offre de Juillet-Août n'était pas si excitante que ça pour cet "été 2015 ex-cep-tion-nel" qu'on nous avait promis…

"Ricki and the flash" n'est sûrement pas un chef d'œuvre du cinéma (et on s'en moque) mais quand commence son générique de fin, on a la banane, et on se dit qu'on a eu la chance d'assister enfin à un Feel-Good movie qui plane au-dessus du lot des très nombreux films ennuyeux et sans peps' qu'on a pu voir cet été.

Mis à part naturellement nos trois champions cités plus haut !

La rentrée a eu lieu...

Voilà donc une bonne raison supplémentaire d'aller se secouer sur les riffs endiablés de Ricki and the Flash !


 
Amitié
 
Jean-Claude Guerrero
Fondateur de www.filmsbonheur.com et Président de
l'Association du Festival des Films Bonheur

La lettre de Ricki

Family rock

Le titre comme l'affiche annonce la couleur, c'est de rock qu'il va être question dans ce film !

Là où l'on commence à s'interroger et à sourire, c'est en découvrant que c'est Meryl Streep, toute de cuir vêtue, qui en est la protagoniste. L'actrice la plus nominée aux Oscars de l'histoire du cinéma en rockeuse baroudeuse, forcément cela laisse présager un cocktail détonnant.

Et ça n'aurait sans doute pas donné grand-chose avec une autre qu'elle mais grâce à l'extravagante interprétation de Madame Streep, comme on dit dans le showbiz, "ça l'fait" !

Mery Streep peut se permettre de multiplier tous les genres de films. Citons-en juste cinq pour mieux appréhender l'immensité de son talent : Le choix de Sophie, Out of Africa, Sur la route de Madison, Le diable s'habille en Prada, Mamma Mia !

Et quand on sait qu'adolescente elle se destinait à une carrière de cantatrice… on ne peut qu'halluciner doublement en apprenant que son prochain rôle dans "Master Class" sera celui de… Maria Callas !

Il ne faut pas s'attarder plus que ça sur le scénario de Ricki and the Flash – une maman rockeuse ayant quitté le nid familial pour vivre sa passion pour le rock revient remonter le moral à sa fille dépressive que son mari a quittée – mais c'est la manière précise et chaleureuse dont tout cela est raconté, filmé et interprété qui fait qu'on y croit et qu'on se régale à se laisser emporter au sein de ces retrouvailles ô combien électriques – dans tous les sens du terme !

C'est sûr qu'au départ, elle n'est pas vraiment la bienvenue à Indianapolis notre chère Ricki, avec ses manières rock'n'roll et ses positions républicaines affirmées, dans cette famille recomposée ultra-bourgeoise démocrate préparant un mariage très très bobo…

Le plaisir que procure ce film se trouve justement dans le rapprochement qui va s'opérer sous nos yeux de ces deux cultures et de ces personnalités grâce à l'intelligence de chacun, la tendresse de Ricki et la musique au-dessus de tout.

Des Stones à Springsteen, en passant par Tom Petty ou Lady Gaga, la bande-son est superbe et l'interprétation "live" de Meryl Streep renforce cette évidente sensation "d'y être" et d'y être bien.

Il eût été encore mieux de sous-titrer les paroles des chansons car à de nombreuses occasions dans le film, celles-ci permettent aux personnages de s'envoyer en public des messages (d'amour ou bien… de grosses vacheries) et que, sauf à être anglo-saxon ou parfaitement bilingue, on ne comprend pas tout. Mais bon, l'interprétation est tellement forte qu'on devine l'essentiel et que ça marche quand même.

Ricki and the Flash, P'tit Bonheur de film ? Cela va sans dire. Et c'est encore mieux en l'écrivant !

 

Qui nous suit ?

Notre Page Facebook grandit chaque jour un peu plus ! Elle vient de dépasser les 117 000 fans qui comptent eux-mêmes un peu plus de 16 millions d'ami(e)s ! Ce sont, à 95 %,des adolescent(e)s et de jeunes adultes (13-24 ans). Avec une légère majorité féminine (54 %).

Par ailleurs, cette lettre est envoyée personnellement à 3300 personnes. En majorité des professionnels de l'audiovisuel et des médias.

Tous les bons films ne sont pas des Films Bonheur... mais tous les Films Bonheur sont de bons films !


 

< Toutes les lettres >

Haut