THE BLUES BROTHERS

Les films
qui font du bien.
Les films
qui rendent heureux !

Tous les bons films ne sont pas des Films Bonheur... mais tous les Films Bonheur sont de bons films !


MARS 2013


 

Amies, Amis des Films Bonheur,
Bonjour !
 

De retour de notre long (et beau !) périple aux antipodes, nous avons quelques séances de rattrapage à faire, en particulier de ces films : "Au bout du conte", "40 ans mode d'emploi", "20 ans d'écart", "Vive la France" et "Wadjda".

S'ils sont élus (P'tits ou Grands) Films Bonheur, nous aurons bien sûr à cœur de vous en reparler plus longuement dans notre prochaine lettre mais aussi sur notre site et bien sûr sur notre page Facebook qui a gagné 4000 nouveaux fans en un mois !

Durant nos (très longs) trajets aller/retour en avion nous n'avons pas chômé puisque nous avons vu pas moins d'une vingtaine de films à nous deux !... C'est ainsi qu'à 12000 mètres d'altitude, nous avons découvert un nouveau P'tit Bonheur de film, "Hotel Transylvanie" !

Depuis l'Australie et la NZ, nous avons évidemment suivi en direct (Merci Internet) les déroulés des César et des Oscars et avons apprécié que nos amours… de Films Bonheur… s'y soient octroyé quelques bien beaux trophées !

Nous avons aussi appris aussi que Monsieur Spielberg allait être Président du prochain Festival de Cannes ! Trop classe !

Last but not least, en nous plongeant dans la montagne de courrier à notre retour, nous avons relevé trois phrases jubilatoires dans la presse.

Découvrez-les, vous verrez... Il y a des évidences toutes simples comme ça qu'il n'est pas mauvais de rappeler de temps en temps ;-) 

Bonnes projections !

Amitié,

Jean-Claude Guerrero
Fondateur de www.filmsbonheur.com et Président de
l'Association du Festival des Films Bonheur

Qui nous suit ?


Notre page Facebook grandit
chaque jour un peu plus !

Elle vient de dépasser les
44 000 fans
qui comptent eux-mêmes
un peu plus de 6.2 millions d'ami(e)s ! 

Ce sont, à 95 %, des adolescent(e)s
et de jeunes adultes (13-24 ans). 

Avec une légère majorité féminine (55 %)

Par ailleurs, cette lettre est envoyée personnellement à 2386 personnes. 
En majorité des professionnels de l'audiovisuel et des médias.

Ils l'ont dit !


Phrases jubilatoires relevées dans la presse de Février
 


<< Les films qui font du bien n'empêchent pas de réfléchir… Sortir en dépression d'une salle ne garantit pas d'avoir vécu un moment fort.>>
Laurent Lafitte (de la Comédie Française) dans "Libération"




<< Je déplore cette tendance à tout intellectualiser et à se gargariser de discussions sans fin sur le cinéma. Qu'il s'agisse des "Enfants du Paradis", du "Parrain" ou d'un Fellini, ce sont avant tout des divertissements...>>
Sir Philip Anthony Hopkins
dans "Version Femina"




<< En Europe, on dissocie le divertissement des sujets dits sérieux. Alors que les Américains ne pratiquent pas cette dichotomie. Selon eux, on peut à la fois, être engagé et faire preuve d'humour. >> 
Christoph Waltz
dans "Le JDD"

 

La lettre de Transylvanie

Un P'tit Bonheur
à plusieurs niveaux

"Hôtel Transylvanie" est un film de grande qualité avec plusieurs niveaux de lecture.
 
Le premier est celui d'un pur divertissement, ébouriffant de rythme et d'inventivité. Et déjà là, le film en donne autant qu'il en promet !
 
Mais c'est aussi un film sur le "mensonge par amour" d'un adulte vis-à-vis de son enfant.

Dracula, le héros, va en effet s'employer à travestir la vérité à sa fille, qu'il sur-protège, pour l'empêcher de découvrir un monde qui lui fait peur, à lui.
 
On peut même penser au chef d'oeuvre de Night Shyamalan "Le Village" sauf qu'ici c'est l'inverse : ce sont les "monstres" qui s'enferment pour se protéger des... humains !
 
En plus donc d'aborder ce réel problème qu'est le rapport parent-enfant sur la vérité, (ce qui n'est pas rien !) "Hotel Transylvanie" possède une autre qualité plus cinématographique et scénaristique celle-là.
 
En effet, coincé entre ses mensonges de plus en plus vains et abracadabrants, Dracula père, va, avec l'aide d'un brave gamin, s'ouvrir petit à petit aux autres et à lui-même et nous donner à vivre une des plus belles évolutions de caractère d'un protagoniste montrée au cinéma depuis longtemps. Du vrai bonheur cinéphilique !
 
A l'heure où nous écrivons ces lignes, "Hotel Transylvanie" déjà sorti en salle, cumule plus de 1.2 million d'entrées bien méritées et nous parions, nous, qu'il devrait atteindre voire dépasser les deux millions !




Les CESAR

Des César, nous retenons deux choses pour deux P’tits Bonheurs de films :
 
1 – Le fait que Le Prénom ait reçu deux statuettes :
l’une pour Valérie Benguigui, Meilleur Second Rôle Féminin et l’autre pour Guillaume de Tonquedec, Meilleur second Rôle Masculin ! Cela récompense à juste titre deux formidables actrice et acteur que l’on retrouvera avec un immense plaisir demain encore plus "en haut de l’affiche".
 
2 – Le fait qu' Argo ait reçu le César du Meilleur Film Etranger.
Vous savez combien nous avons aimé l’exemplaire écriture cinématographique de ce film ainsi que sa partie centrale, critique caustique et drôlissime de Hollywood. Ce prix vient s’ajouter à la déjà longue liste de récompenses obtenues par ce film réalisé ET interprété par Ben Affleck. Et comme c’était notre favori dans la course aux Oscars, on a continué à croiser les doigts pour lui ;-)

Les OSCARS

ARGO a non seulement obtenu l’Oscar du Meilleur Film mais aussi celui du Meilleur Scénario-Adaptation (pour Chris Terrio) et celui du Meilleur Montage (pour William Goldenberg).
 
Nous avions écrit, quand ce film était sorti en Octobre dernier, et que nous l’avions élu P‘tit Bonheur : "Le montage de ce film devrait être oscarisé ! Et le scénario aussi. Et le réalisateur, qui a dirigé tout ça, aussi."

Les jurés des Oscars ont dû nous lire, ça c’est sûr !

Pour info plus : nous avons découvert que la très longue filmographie du chef monteur oscarisé comprenait déjà deux Films Bonheur : "Pur-sang, la légende de Seabiscuit" et "Pleasantville" !


-oOo-

L'ODYSSEE DE PI, Grand Film Bonheur, a non seulement reçu l’Oscar du Meilleur Réalisateur pour Ang Lee mais aussi :

- L’Oscar de la Meilleure Musique (pour Mychael Danna – à qui l’on doit également la musique de « Little Miss Sunshine », Film Bonheur emblématique !)

- L’Oscar de la Meilleure Photographie (pour Claudio Miranda). Nous vous soulignions dans notre critique combien celle-ci était à couper le souffle…

- L’Oscar des Meilleurs effets Spéciaux qui comprend une équipe de quatre personnes dont (cocorico !) un Français, Guillaume Rocheron (Superviseur des effets visuels également de Fast and Furious 5)


-oOo-

Enfin, HAPPINESS THERAPY, P'tit Bonheur de film, a permis à Jennifer Lawrence de remporter l’Oscar de la Meilleure Actrice !


Spielberg
Président !

Je m'en souviens comme si c'était hier… A Cannes ce matin-là j'étais parmi les tous premiers à faire la queue à la projo-presse, celle qui commence à 8 h 30 du matin ; heure inhumaine au demeurant pour aller voir un film, surtout à Cannes…

A part nous, il n'y avait pratiquement personne sur la Croisette évidemment endormie.
 
Steven Spielberg avait déjà sorti (entre autres !) les trois énormes succès mondiaux que sont "Les dents de la mer", "Rencontres du 3e type", et "Les Aventuriers de l'Arche perdue" (excusez du peu…) et il avait dit dans la presse qu'il avait voulu se faire plaisir en réalisant cette fois "un petit film intimiste"… Celui là-même pour lequel nous étions quelques centaines à poireauter dans le petit matin frileux cannois pour être les premiers à voir... E.T.
 
A la fin de la projection vers 11 heures, sur une Croisette inondée de soleil et de monde, il y avait ceux qui avaient vu "E.T"… et les autres !
 
Nous, les chanceux, marchions comme sur un petit nuage, les yeux encore embués d'émotion tout en arborant un sourire béat, limite niais, sur notre visage et ne sachant que répéter "Ah Quel Film ! Ah Quel film !" à tous ceux qui nous pressaient de questions et qui essayaient d'en savoir un peu plus que nos onomatopées admiratives ! Nous avions alors eu profondément conscience d'avoir assisté à la naissance d'un nouveau personnage emblématique universel qui, au même titre que Pinocchio ou Mickey, au-delà des frontières et du temps, allait faire rire et émouvoir les enfants du monde entier pour les générations et les générations à venir. Nous avions également senti avec une force inouïe combien le talent de Steven Spielberg était immense et combien ses œuvres allaient avoir d'importance sur nos vies futures.
 
C'était en Mai 1982 ! A 11 h sur La Croisette ! Et je ressens encore la puissance de l'émotion qui m'avait étreint ce jour-là.
 
En y réfléchissant, peut-être que l'idée, le concept même, des "Films Bonheur" a germé là, à cet instant précis ! Avant de mettre quelques années à éclore…
 
31 ans (le temps d'une génération) après E.T, "Don" Spielberg, le plus grand cinéaste vivant aujourd'hui, va présider le jury du plus grand Festival cinéma au monde ! Et croyez-moi, ça va être grand !


< Toutes les lettres >

Tous les bons films ne sont pas des Films Bonheur... mais tous les Films Bonheur sont de bons films !


 
Haut