LA VIE EST BELLE

Les films
qui font du bien.
Les films
qui rendent heureux !

Tous les bons films ne sont pas des Films Bonheur... mais tous les Films Bonheur sont de bons films !


FEVRIER 2016

 

 
Amies, Amis des Films Bonheur,
Bonjour !
 
Les César, la grande "fête" du cinéma qui va, cette année encore, choisir ses lauréats entre drames et drames, s'offre sur Canal + un clip drôlissime parodiant l'audition de "Flashdance" par Florence Foresti.

A regarder cette bande-annonce, un Martien débarqué sur notre planète pourrait se dire : "Chic, chic, chic ! Je vais passer une bonne soirée ! Cette émission semble très drôle, il y a du second degré dans l'air et ça balance bien !"

Seulement voilà, ce clip est une œuvre de pure fiction. Par conséquent, toute ressemblance avec des Cérémonies des César, réelles ou ayant existé, ne saurait être que fortuite...

Comme on le sait maintenant, tous les films présélectionnés dans les catégories majeures sont des drames qui, à la fin de cette année 2015 ô combien dramatique en vrai, vont appuyer, avec délectation et sous les vivats, là où ça fait mal…

Vous ne trouvez pas ça drôle, vous, que chaque année on prenne un ou une humoriste pour animer une soirée dédiée à l'austérité sur grand écran ?!

Pourquoi tous ces gens qui visiblement adorent rire des facéties de l'animateur (trice) s'auto-congratulent-ils chaque année sur des films mettant en exergue la mort, la violence, le désespoir, l'hypocrisie ? Pourquoi ne nomment-ils / couronnent-ils, jamais ou presque, de films joyeux ?

Cette année, ils font très fort de ce côté-là et ce contraste paraît encore plus flagrant et incongru en regard du clip sympa et enlevé qui annonce cette soirée dans son essence lente et compassée.

Ça me fait penser au sketch irrésistible "Manu tu descends" des Inconnus. Un jeune de banlieue demande à un de ses copains chez lui à la fenêtre de descendre le rejoindre. Et Manu de lui répondre "Attends je regardais les pubs, mais là c'est bon, y'a le film qui recommence…".

A la Cérémonie des César, irons-nous jusqu'à regarder seulement les intermèdes de l'animatrice avant d'aller faire pipi ou débarasser la table quand on parlera de films ? Y'a un p'tit risque quand même…

"Vice-Versa" n'a même pas été retenu dans les meilleurs films étrangers (!!!). Restent en lice nos deux P'tits Bonheur de films : "Comme un avion" (Agnès Jaoui, meilleur second rôle, mais cela ne rajoute rien à sa carrière) et surtout "Nous trois ou rien", de Kheiron, comme meilleur premier film.

Si celui-là avait au moins quelque chose, nous nous dirions que tout espoir n'est pas perdu.

Sinon bof… on descendra retrouver notre copain dans la rue pour rigoler un bon coup...

 
-oOo-

Un grand Film Bonheur et un P'tit Bonheur de film le même mois, c'est évidemment rarissime et on ne peut que s'en réjouir !

En plus de "Zootopie", voici donc "Heidi" pour illuminer vos vacances de Février ! 

Enjoy !

Amitié
Jean-Claude Guerrero
Fondateur de www.filmsbonheur.com et Président de
l'Association du Festival des Films Bonheur

Qui nous suit ?


Notre Page Facebook
grandit chaque jour un peu plus !

Elle vient de dépasser les
129 000 fans
qui comptent eux-mêmes
un peu plus de 15 millions d'ami(e)s !
Ce sont, à 95 %,
des adolescent(e)s
et de jeunes adultes (13-24 ans).
Avec une légère majorité
féminine (58 %).

Par ailleurs, cette lettre est envoyée personnellement à 3330 personnes.
En majorité des professionnels de l'audiovisuel et des médias.

La lettre de Zootopie

Ces semblables
si différents

Alors là, c'est ENORME ! 

Tout ce que nous rêvons de trouver au cinéma, qui puisse à la fois nous détendre, nous faire du bien et EN PLUS apporter du grain à moudre à notre esprit, se trouve ici condensé à un niveau exceptionnel. 

Donc autant le dire de suite : Zootopie est un grand, un très Grand Film Bonheur !

Commençons par sa partie "sérieuse". Le message principal que transmet ce film est le droit à la différence. 

Petit ou grand, gros ou maigre, malin ou crétin, on peut vivre ensemble, on doit vivre ensemble.

Ce n'est pas de l'angélisme, c'est du réalisme, alors autant le faire le mieux du monde. 

La deuxième question majeure posée via ce "simple divertissement" est celle de l'atavisme : sommes nous naturellement méchants ou au contraire sommes nous naturellement aimables jusqu'à ce que des poisons viennent nous rendre fous et féroces ?

Le troisième belle idée est celle de l'envie de réaliser ses rêves, d'y mettre toute son énergie, toute sa détermination.

Certes plus classique, elle est cependant exposée ici avec tellement d'humour et de désillusions originales que ça en devient un message fort en lui-même.

Le célèbre fabuliste français Jean de La Fontaine s'était servi d'animaux pour faire passer des messages d'une grande clarté sur le roi, la cour et les moeurs de son époque. Du pur esprit mais drôle et donc efficace. Avec Zootopie, les équipes de Disney se hissent, NOUS hissent  à ce niveau d'intelligence et de réflexion sur notre société.

Ce film ne se contente pas de nous divertir follement, il nous éclaire sur nous-mêmes tout en touchant à quelque chose d'essentiel : le rapport aux autres.

 
-oOo-

 
Passons maintenant du côté "fun" de la force... Mais par où commencer, ce film est tellement foisonnant de beauté, de trouvailles, de gags, de personnages secondaires, de rythme, d'émotion, de coups de théâtre, que la tête du pauvre critique tourneboule !

La toute première chose qui émerveille quand l'écran s'allume c'est la qualité de l'animation. Dit comme ça, ça semble un peu plat et évident. Pourtant l'impression de réalité que donnent ces animaux dont on semble pouvoir toucher le poil est incroyable.

Chaque sourcil, chaque patte, chaque expression des visages, chaque détail infime forment ensemble une évidence d'une telle pureté, dans la structure comme dans les mouvements, que cela se ressent immédiatement, jaillit de l'écran et nous laisse ébahi.

Et puis il y a, intimement mêlés comme dans tout Film Bonheur qui se respecte, l'humour et l'émotion.

L'émotion n'y est jamais envahissante, sirupeuse ou niaise, elle apparait ici ou là par touches délicates : les rapports avec la famille, les épreuves, la solitude… C'est subtilement exposé et le plus souvent contrebalancé par un gag de conclusion qui vous fait ravaler vos larmes et les changer en sourire. Vous vous en souviendrez quand Judy écoute la radio seule dans sa chambre…

Zootopie fait partie de ces films d'animation à double lecture, pour les enfants et les adultes, car il comprend des tas de clins d'œil que seules des "grandes personnes" peuvent comprendre tout en cultivant une ingénuité et un merveilleux que seuls les enfants peuvent ressentir aussi fortement. Et sans doute aussi quelques adultes ayant gardé leur âme d'enfant…

Si les messages plus l'émotion plus l'humour constituent le fond de ce splendide Film Bonheur, la forme elle, c’est-à-dire le rythme plus l'inattendu, n'est pas en reste ! Ô que non !

Vous vous êtes tous régalés à voir dans la bande-annonce la scène de Judy en butte à un paresseux, très, très, très lent…

Nous aurions envie de dire que c'est le seul moment "au ralenti" du film (d'où son incroyable drôlerie), tant une fois l'histoire enclenchée, ça pulse et ça bouge.

Mais attention, jamais d'une manière vaine ou factice : nos deux héros, Judy et Nicholas mènent une enquête policière et qui dit cela, dit vivacité. Et de ce côté là on est servi !

Par ailleurs, qui dit enquête, dit aussi suspense, et qui dit suspense dit inattendu, surprises et coups de théâtre. Et là aussi c'est le feu d'artifice ! Jusqu'à la toute dernière séquence dont on vous laisse bien évidemment la surprise.

 
-oOo-

Pétri d'émotion, d'humour, de rythme et d'inattendu, Zootopie est un grand Film Bonheur parce que toutes ses qualités divertissantes sont liées par un profond sentiment d'humanité qui met en perspective ce "simple divertissement" pour en faire un vrai message d'ouverture à l'attention des hommes et des femmes de bonne volonté.

Ne le ratez sous aucun prétexte !
Sortie nationale le 17 Février
 

UN GRAND BOL D'AIR PUR ET D'INNOCENCE

En tant que réalisateur, ce doit quand même être un sacré stress de s'attaquer à l'histoire de Heidi !

Pensez-donc, écrit en 1880, ce magnifique roman fait partie des plus célèbres récits de la littérature pour la jeunesse et Heidi, son héroïne, est devenue un personnage mythique de la Suisse, pays natal de l'auteure, Johanna Spyri.

En tant que spectateur du 21ème siècle, on aurait pu craindre le côté suranné de cette histoire. Et bien il n'en n'est rien ! La charpente de ce récit est si solide et si forte qu'elle résiste sans problème au temps qui passe.

Heidi, une jeune orpheline, part vivre chez son grand-père, un vieil homme misanthrope et bougon qui vit en reclus dans les montagnes des Alpes suisses. Elle apprend vite à aimer cette vie rude et découvre la beauté des alpages avec Peter, son nouvel ami. Mais la tante d'Heidi, estimant qu'il ne s'agit pas là d'une éducation convenable, place la fillette dans une riche famille de la ville. Heidi va-t-elle supporter cette vie, loin de la montagne et de son grand-père ?

Si le cinéma sur grand écran se prête merveilleusement à illuminer la beauté à couper le souffle des paysages des montagnes Suisses (et là on est ébloui par une photographie de maître), il fallait retranscrire l'émotion qui parcourt sans cesse les mots du roman.

Tout repose sur les frêles épaules de la jeune actrice, Anuk Steffen, dont on aurait envie de dire qu'elle ne joue pas… mais… qu'elle EST Heidi !

Stupéfiante d'espièglerie et de douceur, de dynamisme et d'amitié, d'énergie et de tendresse, c'est Heidi qui VIT sous nos yeux, telle qu'on a pu l'imaginer dans notre esprit entre chaque ligne du livre.

Cette façon de bouger pleine d'allant, ce regard brillant d'intelligence et de vivacité, cet enthousiasme communicatif, C'EST Heidi ! Elle est là, vive et fraîche comme une source de montagne, et nous emporte dans un tourbillon de bonne humeur et d'émotions simples et belles.

Magnifiquement destinée aux enfants de 4 à 12 ans, cette ultime version d'Heidi va aussi en faire craquer plus d'un ! Parents, grands-parents mais également adolescents, grands frères et sœurs vont se régaler à profiter de ce grand bol d'air pur et d'innocence magistralement réalisé et interprété.

Tout simplement, un nouveau P'tit Bonheur de film !


Tous les bons films ne sont pas des Films Bonheur... mais tous les Films Bonheur sont de bons films !


 

< Toutes les lettres >

Haut