LITTLE MISS SUNSHINE

Les films
qui font du bien.
Les films
qui rendent heureux !

Tous les bons films ne sont pas des Films Bonheur... mais tous les Films Bonheur sont de bons films !


JUILLET 2016

 

 
Amies, Amis des Films Bonheur,
Bonjour !


Le chiffre 3 porterait-il la poisse "artistique" aux suites de films de cinéma ?

Nous disons "artistique" parce qu'au niveau "pépettes" ça va plutôt pas mal de ce côté-là.

"Les Bronzés 3" : 10 millions d'entrées ; "Les Visiteurs 3" : 2,5 millions d'entrées et aujourd'hui "Camping 3" a fait autant d'entrées pour son premier jour que "Bienvenue chez les Ch'tis"…

Aux Films Bonheur nous n'aimons pas beaucoup les "sequels"…

Nous n'avons rien contre les feuilletons (et même certaines bonnes séries…) mais le Cinéma doit assumer son rôle de créateur de prototypes.

Sur le fond comme sur la forme et ne pas se contenter de "prendre les mêmes et de recommencer".

Sinon c'est "autre chose" mais pas du Cinéma !

Alors d'accord de temps en temps (c'est rare) une suite donne une ou deux perles, pas toutes du même niveau mais disons de la même veine avec beaucoup d'innovations tout autour…

N'empêche, si l'exercice se propage, comme nous le constatons ces dernières années, cela peut-être extrêmement nocif et dangereux pour la créativité.

Nous nous interdisons de critiquer négativement d'une manière générale mais force est de constater  qu'il n'y a par exemple RIEN dans "Camping 3". Le vide absolu. Rien ! Et encore on est gentils.

Mais bon ça risque de faire "bling-bling" du côté du porte-monnaie alors…

Allez plutôt voir "L'Âge de Glace – Les lois de l'Univers", c'est aussi une suite… dont vous devriez sortir le cœur léger en vous sentant plus joyeux et même un plus intelligent !

Et ça, c'est sûr…
ça n'a pas de prix !

Bonnes vacances et bonnes projections.


 

Amitié
Jean-Claude Guerrero
Fondateur de www.filmsbonheur.com et Président de
l'Association du Festival des Films Bonheur

La lettre des lois de l'Univers

Le ciel
sur la tête !

Ce n'est pas parce que les séries TV ont popularisé des histoires à rallonge où il arrive diverses aventures calibrées aux mêmes héros et qui nous sont servies de façon quasi industrielle sur de petits écrans, que le cinéma doit en faire autant.

Si l'on parle de "suite" au cinéma, cela doit être fait d'une manière rare, en traitant chacune des histoires comme autant de prototypes pour lesquels il faut quasiment tout réinventer, où chaque nouveau volet surpasse le précédent en spectaculaire, en folie, en imagination, et où il n'y a qu'une solution possible : estomaquer suffisamment le spectateur pour que dans trois ou quatre ans il s'en souvienne encore et soit prêt à revenir en courant se régaler des nouvelles aventures de ses héros.

Après le volume 4, "La dérive des continents", il a fallu quatre longues années aux géniaux créateurs de la saga L'Âge de Glace pour nous concocter ce nouvel opus et, autant le dire tout de suite, le résultat est à la hauteur de l'ambition affichée par son flamboyant sous-titre "Les lois de l'Univers" !

A la base de cette histoire se trouve une péripétie aussi catastrophique… que scientifiquement exacte, à savoir la chute de météorites sur la Terre.

Le 30 juin 1908, l'explosion d'une météorite au-dessus de la Sibérie a balayé comme fétus de paille tous les arbres sur 1200 km2 ! La journée mondiale des astéroïdes (soutenue par de nombreux partenaires parmi lesquels l'Agence Spatiale Européenne ESA ou encore des personnalités telles Stephen Hawking) a d'ailleurs été créée autour de cette date symbolique du 30 juin afin d'inciter les autorités à mettre en oeuvre les moyens nécessaires pour accélérer le développement de programmes de détection de ces corps célestes.

C'est donc autour de ce thème particulièrement dramatique (et cinématographique !) qu'a été imaginé L'Âge de Glace - Les lois de l'Univers.

Et ses concepteurs, pour appuyer leur propos, d'une manière à la fois sérieuse et rigolote, n'ont pas hésité à pasticher dans leur film les trois personnages réels les plus emblématiques de la vulgarisation scientifique aux USA et dans le monde, à savoir : l'acteur Morgan Freeman (connu pour son émission Voyage dans l'espace-temps), l'astrophysicien Neil deGrasse Tyson (souvent considéré comme l'héritier de Carl Sagan et célèbre animateur de la série Cosmos) et bien sûr Stephen Hawking, le génial et célébrissime physicien théoricien et cosmologiste britannique.

Sur ce socle puissant, réaliste et plutôt bien documenté, les créateurs de l'Âge de Glace 5 n'ont toutefois pas oublié que nous étions dans un film d'animation !

Ils ont envoyé en première ligne Scrat, toujours en quête de son insaisissable noisette, déclencher les pires catastrophes imaginables qui, par un enchainement de circonstances plus folles et déjantées les unes que les autres, (que Tex Avery aurait jalousées), vont s'abattre sur nos amis Sid, Manny, Diego, Buck et le reste de la bande et les forcer à faire preuve d'imagination, de fraternité, d'audace et d'entraide pour y survivre.

Au milieu de tous ces évènements apparait un nouveau personnage qui apporte un éclairage supplémentaire à la description des rapports humains dont cette saga s'est fait une magnifique spécialité. Il s'agit de Julian, futur mari de Peaches, autrement dit, futur gendre de Manny.

Julian "en fait trop" pour séduire ses futurs beaux-parents, et plus il en fait, plus ceux-ci s'angoissent de voir bientôt partir leur fille… Jusqu'au jour où… Nous ne vous en dirons pas plus mais ouvrez bien cependant vos yeux et vos oreilles lorsque la maman de Peaches lui joue la scène de la difficulté de faire face à la vie quand on a quitté le nid familial… et évidemment la réponse pleine de brio et d'énergie de sa fille !

On aimerait aussi vous parler du retour de Buck la belette dans un étourdissant plan-séquence pourchassé par des dinosaures en chantant sur l'air de Figaro du Barbier de Séville ! On aimerait vous parler encore de bien d'autres moments épiques tant ce film fourmille d'humour, de rythme, d'inattendu et, juste quand il faut, d'émotion. Mais nous préférons simplement vous dire que nous sommes heureux de l'accueillir dans notre collection comme le P'tit Bonheur de film qu'il est et que vous allez passer un moment euphorique en sa compagnie !  
                                     Sortie nationale le 13 juillet 2016

Qui nous suit ?

Notre Page Facebook grandit chaque jour un peu plus ! Elle vient de dépasser les 135 000 fans qui comptent eux-mêmes un peu plus de 19 millions d'ami(e)s ! Ce sont, à 95 %,des adolescent(e)s et de jeunes adultes (13-24 ans). Avec une légère majorité féminine (58 %). Par ailleurs, cette lettre est envoyée personnellement et en priorité à 3830 personnes. En majorité des professionnels de l'audiovisuel et des médias, plus les membres de notre club.

Tous les bons films ne sont pas des Films Bonheur... mais tous les Films Bonheur sont de bons films !


 

< Toutes les lettres >

Haut