MARY POPPINS

Les films
qui font du bien.
Les films
qui rendent heureux !

Tous les bons films ne sont pas des Films Bonheur... mais tous les Films Bonheur sont de bons films !


FEVRIER 2011


 

Amies, Amis des Films Bonheur,
Bonjour !
 
Petite séance de rattrapage ! Agés de 75 à 93 ans, ils parcourent le monde pour des concerts où ils interprètent, à leur manière, des classiques du rock ou de la pop, des Clash à Sonic Youth en passant par Radiohead ou les Talking Heads.

Il y a des films comme ça que l'on veut absolument voir au cinéma et qui passe (beaucoup trop) vite. C'est le cas pour 
I FEEL GOOD ! (Young@heart). Vu son titre, on aurait du se précipiter, mais on n'a pas du être assez rapide. Alors, Merci le DVD !Car ce film est une bombe ! Une bombe d'optimisme, de joie de vivre, de musique, de drôlerie !

Un film qui donne une pêche d'enfer et une envie de danser comme rarement et en plus, quelle leçon ! Mais quelle leçon de vie !
"I Feel Good !" a remporté le prix du public dans tous les festivals où il est passé. Comme l'a écrit Première, "On comprend pourquoi".

Offrez-vous vite ce cadeau, faites vous l'offrir ! C'est vraiment un film jubilatoire qui remporte haut la main le label "Film Bonheur" et que nous sommes fous de joie d'accueillir en bonne place dans l'Intégrale des Films Bonheur.

Bonnes projections
Amitié
Jean-Claude Guerrero
Fondateur de www.filmsbonheur.com et Président de
l'Association du Festival des Films Bonheur

La lettre des femmes du 6e

Plein soleil au dernier étage

Ah que ce film fait du bien !

Après "Les Emotifs Anonymes", et "Le discours d'un roi", voilà un 3e film bonheur "émotion" à un mois d'intervalle !

Nous vivons donc une période aussi faste que rare. Profitons-en !
 
Deux mondes proches qui se côtoient sans jamais se connaître et qui finissent peu à peu par se découvrir et par apprendre l'un de l'autre est un thème régulièrement abordé au cinéma, et souvent avec bonheur d'ailleurs, car il contient à la base deux éléments intéressants : la comédie, par la confrontation de moeurs très différents, et l'émotion, par le rapprochement des uns vers les autres.

Mais, comme dans le patinage artistique, il peut y avoir, avec cette "figure imposée", des moments disons "académiques et un peu convenus". tandis que d'autres se révèlent éblouissants et palpitants.

Dans "Les femmes du 6e étage", nous sommes dans l'éblouissement.

Dans le soleil !

Cette façon qu'à ce bourgeois coincé de faire sa révolution dans sa tête, d'ouvrir son esprit, de se mettre enfin à regarder ses contemporains autrement que par le prisme de son éducation étriquée, d'ouvrir sur les autres ses yeux et son coeur, le tout au milieu de rires et de chansons espagnoles, fait jouer pour vous sur l'écran une "petite musique de nuit" qui vous chavire les sens et vous fait jubiler l'esprit.

Durant tout le film, qui se révèle de plus en plus riche au fur et à mesure qu'il avance, on tremble que cette dentelle de rapports humains ne se casse la figure et qu'on se retrouve dans une banale et navrante histoire d'amour entre "le patron et la bonne", mais à chaque fois le réalisateur fait preuve de sa maîtrise, de sa sensibilité d'une observation si fine de l'humaine condition qu'il se joue de tous les dangers auxquels son sujet l'exposait.

Une fois ses principaux personnages mis en place, il s'amuse à chaque scène à danser au bord du précipice, en nous faisant des frayeurs de joie, en nous volant des larmes de sourires.

Un vrai bonheur de film !


 

Tous les bons films ne sont pas des Films Bonheur... mais tous les Films Bonheur sont de bons films !


 

< Toutes les lettres >

Haut