RATATOUILLE

Les films
qui font du bien.
Les films
qui rendent heureux !

Tous les bons films ne sont pas des Films Bonheur... mais tous les Films Bonheur sont de bons films !


SEPTEMBRE 2016

 

 
Amies, Amis des Films Bonheur,
Bonjour !

Désolé de vous avoir fait faux bond en août mais il n'y avait vraiment rien à se mettre sous la dent et aucun film qui mérite qu'on interrompe vos vacances !

Comme d'hab', ce n'est pas faute d'en avoir vu et beaucoup… mais en repassant en revue la liste de tous ceux que nous avons visionnés et qui nous ont laissés de marbre, ou affligés ou même totalement atterrés, on se dit que ce n'est pas vraiment toujours très drôle d'être critique de cinéma !

Vous faites des kilomètres, vous courez d'un bout à l'autre de la capitale, fébrile, impatient, joyeux, excité à l'idée de découvrir enfin ce film que vous attendiez tant… et en sortant vous tirez une tête de six pieds de long tant la déception est grande.

Rageant, frustrant, énervant d'autant que cette scène s'est reproduite à de multiples reprises ces dernières semaines :-(

Nous avons donc décidé de vous parler, un peu -beaucoup- en avance, du seul film qui nous a enthousiasmés depuis des lustres mais qui ne sortira en salles que le 12 Octobre.

Il s'agit de "Captain Fantastic".

Un point cependant : si nous sommes tous d'accord pour dire qu'il s'agit d'un film absolument magnifique, il y a quand même eu débat pour savoir si nous devions le considérer comme Film Bonheur ou pas. Certains d'entre nous le trouvant "un peu trop intense", "un peu trop grave".

Après des échanges enflammés, nous avons finalement estimé que, par sa mise en scène, par l'évolution de ses personnages, par le traitement équilibré des points de vue opposés et enfin par l'énergie et l'intelligence qui s'en dégagent, nous serions fiers et heureux de l'accueillir dans notre prestigieuse collection. Dont acte !

Bonne projection.

 

Amitié
Jean-Claude Guerrero
Fondateur de www.filmsbonheur.com et Président de
l'Association du Festival des Films Bonheur

Qui nous suit ?


Notre Page Facebook grandit chaque jour un peu plus ! 

Elle vient de dépasser les 138 000 fans
qui comptent eux-mêmes un peu plus de 19.5 millions d'ami(e)s ! 
Ce sont, à 95 %,des adolescent(e)s et de jeunes adultes (13-24 ans). 
Avec une légère majorité féminine (58 %).

Par ailleurs, cette lettre est envoyée personnellement et en priorité à 4216 personnes.
En majorité des professionnels de l'audiovisuel et des médias
(dont 1000 journalistes et
1000 exploitants),
plus les membres de notre club.

La lettre du Captain Fantastic

"O Captain !
My Captain !"

Captain Fantastic est un de ces rarissimes films qui ne s'oublient jamais.

A la toute fin de ce film, lors de la dernière scène entre le père et ses enfants, alors que le réalisateur prend le temps de nous faire vivre/ressentir ce moment de paix, nous prenons intimement et puissamment, conscience que nous venons de voir une œuvre magistrale qui ne nous lâchera plus et donnera du grain à moudre à notre cœur et notre esprit pour de longues années.

Le synopsis dit ceci : "Dans les forêts reculées du nord-ouest des Etats-Unis, vivant isolé de la société, un père dévoué a consacré sa vie toute entière à faire de ses six jeunes enfants d’extraordinaires adultes. Mais quand le destin frappe sa famille, ils doivent abandonner ce paradis qu’il avait créé pour eux. La découverte du monde extérieur va l’obliger à questionner ses méthodes d’éducation et remettre en cause tout ce qu’il leur a appris."

En lisant ça, vous vous dites que vous allez voir un film à thèse sur un marginal excentrique anti-système mais bien au contraire, vous allez être invités à grimper sur un "Grand 8" de sentiments où vous devrez vous accrocher. Pour votre plus grand bonheur.

Vous serez en effet sans cesse tiraillés entre approbation et désaccord, entre enthousiasme et scepticisme, entres rires et larmes, entre encouragement et dissuasion, mettant à chaque instant vos propres convictions à rude épreuve et vous ne pourrez vous empêcher de prendre tour à tour le parti du père ou, à l'opposé, celui de la société. C'est une des principales forces de ce film admirablement interprété, filmé et monté que de savoir n'imposer aucun manichéisme sur la façon d'élever des enfants.

Les points de vue du héros (sa recherche de l'excellence entre autres, mêlée à sa rugueuse intransigeance) comme ceux, désapprobateurs, de son entourage, sont tour à tour exposés avec clarté, simplicité, force et vous passerez vous-même votre temps à changer d'avis tout au long du récit. Tant le bon sens mais aussi l'amour et la vérité semblent évidents de part et d'autre. Ressentir/vivre cela de plein fouet pendant deux heures est à la fois épuisant et exaltant !

Et c'est bien là tout le bonheur que sait procurer cette œuvre ô combien réussie, que vous n'êtes pas prêts d'oublier, et qui vous aidera dans votre propres réflexions vis-à-vis de vos parents et grands-parents comme de vos enfants et petits-enfants !

"Captain Fantastic" nous montre l'humanité sous son meilleur jour. Dans ce qu'elle a de plus complexe et de plus beau.

Nous avons eu la chance de découvrir ce film au cours d'une avant-première professionnelle dès juin mais nous sommes déjà impatients de le revoir lors de sa sortie en salle le 12 Octobre ! Entretemps il a obtenu deux Prix, emblématiques à nos yeux de ce que nous cherchons, le Prix de la Mise en Scène à Un Certain Regard à Cannes (pour son réalisateur -et scénariste- Matt Ross) et le Prix du Public au Festival Américain de Deauville.

Donc voilà bien un film d'auteur… qui touche le grand public. Un film intelligent ET divertissant. Un film qui fait du bien à l'esprit comme au cœur, c'est-à-dire un vrai Film Bonheur à ne rater sous aucun prétexte !

 
Sortie nationale : 12 Octobre 2016
 

Réserver l'emplacement de son siège au cinéma... Pour ou contre ?


Une tendance est en train de voir le jour dans certaines salles de cinéma à savoir l'obligation de réserver l'emplacement de son siège. 

La première fois que nous avons eu à tester cette possibilité, c'était au Pathé Beaugrenelle qui venait tout juste de ré-ouvrir, refait à neuf. Ce fut catastrophique puisque nous nous sommes retrouvés à une dizaine de spectateurs tous serrés les uns contre les autres aux "meilleures places" au centre de la grande salle qui comprenait 400 autres places… vides. Personne n'osant se déplacer des fois qu'il se retrouverait assis à une place que quelqu'un d'autre aurait pu réserver entretemps ! Nous ne sommes plus jamais retournés dans cette salle.

Plusieurs mois ont passé et voilà qu'aujourd'hui, les salles Gaumont mettent à leur tour en place ce système que certains croient "nouveau" alors qu'il existait il y a au moins 60 ans de cela, du temps des ouvreuses de cinéma ! Alors progrès ou régression ?

Si l'on peut imaginer (à la rigueur) que cela puisse être pratique d'avoir sa place réservée pour la séance d'un gros succès un samedi soir à 20 h, cela n'apportera rien d'agréable pour la plupart des autres situations que voici :

  • Vous vous retrouvez serrés les uns contre les autres sans pouvoir mettre votre manteau à côté de vous alors que les trois-quarts des autres sièges de la salle sont inoccupés (déjà vu et vécu)
     
  • Vous vous retrouvez assis à côté de quelqu'un de désagréable (qui sent mauvais, qui bâfre du pop corn bruyamment, qui téléphone, qui vous regarde de trop près…) et vous n'osez pas vous déplacer de peur d'occuper une place déjà réservée.
     
  • Le film a commencé et des personnes arrivent en retard. Au lieu de s'assoir discrètement sur les premiers sièges disponibles, elles vont vouloir regagner leurs sièges réservés en plein centre de la salle et faire lever des dizaines de spectateurs pour les atteindre. Il y a des chances d'ailleurs que ce système encourage les retardataires chroniques qui, sachant leurs places réervées, ne se priveront pas d'arriver au dernier moment !
     
  • Vous arrivez vous-mêmes à vos places réservées et il y a déjà des personnes qui y sont installées. A tort ou à raison (il y aura forcément des bugs informatiques). Il faudra les faire bouger… ce qui promet des discussions, voire des engueulades, voire des empoignades… Si en plus le film a commencé ce sera parfaitement "too much" !
     
  • Comme il n'y a plus l'ouvreuse pour nous placer avec sa lampe électrique à notre place réservée, (ce qui déjà nous énervait à l'époque car on recevait souvent sa lumière en pleine figure !) il y aura désormais pour tous les retardataires la possibilité d'actionner la lampe de leur smartphone : et ça ça va en faire des heureux…

Ce système va, semble t-il, devenir non pas une possibilité mais une obligation dans les salles Gaumont. En tant que spectateurs payants et (très) assidus, si nous pensons que l'e-billet est un vrai progrès, nous trouvons que cette initiative là est une régression. Le circuit français devrait au moins laisser la liberté de s'installer où l'on veut pour toutes les séances du matin et de l'après-midi jusqu'à 18 h et "n'obliger" ses spectateurs à réserver leur place que pour les séances du soir ou certaines avant-premières évènementielles. En tous cas si certaines salles veulent absolument mettre en place ce système d'une autre époque et tellement peu en phase avec les moeurs actuels, il y a sûrement quelque chose à faire pour en alléger la rigidité.


Tous les bons films ne sont pas des Films Bonheur... mais tous les Films Bonheur sont de bons films !


 

< Toutes les lettres >

Haut