Tous les bons films

ne sont pas des Films Bonheur ®...

mais tous les Films Bonheur ®

sont de bons films !

Films Bonheur ®

Les Films qui rendent heureux ®

Les Films qui font du bien ®

Feel-Good Movies ®

LA VIE SECRETE DE WALTER MITTY

The Secret Life of Walter Mitty

Un Américain timide rêve de toutes les gloires et échoue en tout.

A la fois surréaliste, potache, burlesque et absurde

LOGO AMAZON PETIT a.jpg

REALISATEUR

Norma Z. McLeod

ACTRICES ET ACTEURS PRINCIPAUX

Danny Kaye

Virginia Mayo

Gordon Jones

PAYS

USA

P'tit Bonheur
1 janv. 1947

ANNONCE

LA BANDE

A PARTIR DE :

DEPASSEMENT DE SOI, REALISER SES REVES

13-15 ANS

C'EST

VOTRE FILM BONHEUR !

LOGO AMAZON TOUTES LETTRES.jpg

disponible sur

La Vie secrète de Walter Mitty est un excellent movie de 1947 emmené avec brio par Danny Kaye. A la fois surréaliste, potache, burlesque et absurde (La similitude avec des aspects de l'oeuvre d’Ionesco à la même époque est flagrante) cette comédie et la galerie de personnages qui l'animent sont d'une actualité saisissante. L'ensemble a très bien vieilli. Il n'y a à mon sens qu'une longueur dans le film : le monologue délirant du professeur de musique (lorsque Mitty se rêve en soldat de l'Armée de l'Air) qui, il faut bien l'avouer, est bien lourdingue. Sinon c'est frais, c'est vivant, c'est joyeux et drôle, ça sent bon les studios hollywoodiens des années 40 aux trottoirs immaculés… Adrien R. (sur Allo-Ciné)

A part les deux moments où le héros pousse la chansonnette qui apparaissent un peu longuet, "La Vie secrète de Walter Mitty" est un très bon exemple de ce que Hollywood a fait de plus rythmé, de plus drôle et de plus intelligent dans le domaine de la comédie. Il faut bien dire de toute façon que la mise en scène est signé par un vieux routard du genre qui avait déjà dirigé entre autres les Marx Brothers, que le ton très Technicolor de l'engin est agréable pour les mirettes, que l'ensemble donne souvent lieu à des situations délirantes, que les personnages principaux et secondaires sont croustillants, que Virginia Mayo est à croquer dans le rôle de la femme rêvée, et que le Maître de cérémonie acteur principal est en très grande forme. Plus que dans les rêves éveillés qui sont des parodies agréables de tous les genres qu'Hollywood affectionnait, c'est surtout dans le réel en jeune homme timoré et frustré à qui on s'identifie sans mal que Danny Kaye brille et se montre hilarant. Un pur plaisir. Plume231 (sur Allo-Ciné)