LE LIVRE DE LA JUNGLE

Les films
qui font du bien.
Les films
qui rendent heureux !

Tous les bons films ne sont pas des Films Bonheur... mais tous les Films Bonheur sont de bons films !


MAI 2011



 


Amies, Amis des Films Bonheur,
Bonjour !
 

On ressent toujours 2 coups de blues à Cannes :
-       quand on y arrive,
car on se dit qu'on ne va jamais "pouvoir voir tous ces films"…
-       et quand on en part,
car on se dit que la fête est "déjà" finie et qu'on en veut encore…
 
On ressent toujours 2 grandes joies à Cannes :
-       quand on y arrive,
car on se dit qu'on va s'en mettre plein les mirettes et "bouffer" du film comme jamais…
-       et quand on en part,
car "on n'en peut plus" d'avoir vécu tant de bonheurs et tant de déceptions…
 
Couvrir tout le Festival de Cannes (12 jours) est une épreuve "contradictoire" pour tout cinéphile qui se respecte.
 
Une sorte de marathon remplissant le corps d'adrénaline extatique tout en l'amenant jusqu'aux dernières limites de l'épuisement.
 
A la fois "too much" et jamais assez…
 
C'est bizarre quoi…
 
Cette année notre grand écart a été particulièrement notable car nous y avons découvert deux Films Bonheur / P'tits Bonheurs,
-       l'un, le tout premier jour… au Marché du Film (LES HERITIERS) et
-       l'autre, le tout dernier jour en Clôture de la Quinzaine (PRIDE) !
 
Entre les deux, nous avons eu notre lot de "soupes à la grimace" remplies de désespoir, de lenteur, de snobisme, de morbidité, de vacuité, de scatologie aussi…
 
A part toutefois un autre joli petit film, "Les Combattants",  (à La Quinzaine encore) qui nous a séduits par sa forme et ses acteurs mais qui nous a laissés un peu sur notre faim quant au fond de son histoire. Nous irons le revoir en salle à Paris au milieu d'un "public normal" pour confirmer ou infirmer notre première impression.
 

-oOo-

 
De retour dans la capitale, on a enchaîné avec la projection de presse de "Dragons 2" (pas besoin de faire un grand dessin : ce fut un P'tit Bonheur immédiat !) et d'autres films tout juste sortis en salle mais dont aucun toutefois n'a déchaîné notre enthousiasme ni satisfait notre goût de bonheur au cinéma.
 
Cette lettre de Juin est donc un peu en avance sur les sorties (Juillet et Octobre) des excellents films qui y sont présentés.
 
Pour calmer votre impatience, plongez-vous donc dans la lecture d'un bon bouquin : "Casino d'Hiver" dans lequel l'extravagant Dominique Besnehard raconte ses belles rencontres… et les autres. C'est dense, c'est drôle, c'est jubilatoire, c'est bonheur !
 
Alors… en ce beau mois de Juin,
plutôt que Bonne Projection, nous vous souhaitons…
 
Bonne lecture !
 

 
Amitié
Jean-Claude Guerrero
Fondateur de www.filmsbonheur.com et Président de
l'Association du Festival des Films Bonheur

Qui nous suit ?


Notre page Facebook grandit
chaque jour un peu plus !


Elle vient de dépasser les
84 000 fans (84 k)
qui comptent eux-mêmes un peu plus de 11,8 millions d'ami(e)s !

Ce sont, à 95 %, des adolescent(e)s et de jeunes adultes (13-24 ans).
Avec une légère majorité féminine (54 %).

Par ailleurs, cette lettre est envoyée personnellement à 3136 personnes.
En majorité des professionnels de l'audiovisuel et des médias.

La lettre des dragons

Mais... pourquoi
se bat-on ?

C'est un bon film que celui-là !
 
Aussi divertissant qu'intelligent. Aussi intelligent que divertissant, c'est un P'tit Bonheur évident !
 
Le premier opus nous avait séduits. Celui-ci nous a conquis.

Encore plus fouillé et complexe, donc plus riche au niveau de la psychologie des personnages (en particulier celui de la mère ayant abandonné son enfant), Encore plus rythmé et spectaculaire au niveau des cascades et des grandes bagarres. Encore plus délirant au niveau des personnages secondaires drôlissimes.
 
Enfin et surtout, encore plus palpitant au niveau de la force de l'enjeu du héros. Face à un adversaire effroyablement menaçant, son objectif est aussi simple qu'élevé : il veut établir la paix !
 
Et il y va !
 
Sûr de son pouvoir de conviction, armé de sa seule candeur mâtinée toutefois d'un réel pragmatisme ("Mais pourquoi se bat-on ?" demande t-il à un moment au méchant qui en reste interloqué, ne sachant plus que faire ni que dire), le petit Harold, aidé de son fidèle dragon, va parvenir à terrasser le redoutable tyran et l'obliger à s'enfuir (ça c'est l'amorce de Dragon 3…).
 
Un vrai P'tit Bonheur d'été donc, à déguster sans modération dans la douce fraicheur d'une salle climatisée… Hmmm !!!
 

Lire également : http://www.filmsbonheur.com/la-lettre-du-foot-si-si.html


Cannes premier jour

LES HERITIERS

Le film le plus fort, le plus émouvant et le plus enthousiasmant que nous ayons vu à Cannes cette année n'était pas dans la Sélection Officielle, ni dans la Quinzaine, ni à Un certain regard, ni à la Semaine de la Critique…. mais tout simplement au Marché du film !

Son synopsis : une prof d'Histoire du lycée Léon Blum de Créteil, arrivée à un tournant critique de sa vie, décide de faire passer à sa classe de Seconde, la plus faible, un concours national. Cette rencontre va les transformer.

Basé sur une histoire vraie, ce film nous a terrassés d'émotion !

C'est vraiment très fort et terriblement émouvant MAIS c'est surtout sa force de conviction, son enthousiasme, sa réalisation sans faille, son humour (dans la première partie), sa fin absolument splendide et le message puissant et universel qu'il délivre auprès des adolescents, qui nous ont convaincus de l'accueillir dans les Films Bonheur.

Il sortira en salle le 1er Octobre. Nous aurons donc l'occasion de vous en reparler longuement d'ici là mais il y a du César dans l'air pour Ariane Ascaride son actrice principale… et peut-être pour le film lui-même.

En tous cas d'ores et déjà, retenez bien son titre : LES HERITIERS
.

_______________________________________________________________________________________________________________________

Cannes dernier jour

PRIDE

C'est une bande de joyeux lurons dans les années 80.

Qui a décidé de prendre fait et cause pour les mineurs anglais en grève sur lesquels la police frappe à bras raccourcis et que Margaret Thatcher affame par son intransigeance.

Seulement voilà… ce sont des gays et des lesbiennes. Et c'est peu de dire qu'ils sont mal accueillis par ceux-là mêmes à qui ils viennent apporter argent et nourriture…
 
Au "choc des cultures" et à l'incompréhension du départ (rustres mineurs du pays de Galles vs. jeunes efféminés branchés Londoniens)  va succéder la naissance d'une communauté bâtie sur l'entraide, la volonté, la communication, la musique, l'ouverture d'esprit.
 
"Starring" l'un de nos acteurs fétiches, Bill Nighy (Good Morning England), ce film, lui aussi basé sur une histoire vraie, comprend tout ce que l'on aime : de l'émotion, de l'humour (anglais !), du rythme (disco !), et de l'inattendu. Le tout enrobé d'une belle humanité.
 
Surveillez-bien sa sortie début octobre, il devrait faire causer de lui dans les chaumières !

CASINO D'HIVER

Pour qui aime le cinéma, Dominique Besnehard est quelqu'un de fascinant ! 

Tour à tour directeur de casting et acteur, agent et producteur, il a rencontré, représenté, aimé, adulé un nombre si grands d'actrices et d'acteurs célèbres  que le vertige vous prend à la simple lecture de leur liste. En s'immergeant plus avant dans "Casino d'hiver" (son livre de souvenirs qui vient juste de paraître) c'est bien plus qu'une liste que nous découvrons ébahis, c'est une suite de déclarations d'amour faites à ces lucioles magnifiques et fascinantes, dansant dans le faisceau des projecteurs du 7ème art, à qui il a permis de prendre leur premier envol.
 
Dominique Besnehard est lui-même un acteur drôlissime que nous adorons retrouver dans quatre Films Bonheur : "Didier", "La cité de la peur", "Astérix et Obélix Opération Cléopâtre", "Podium" et 
quatre P'tits Bonheurs : "Marche à l'ombre", "Grosse fatigue", "Beaumarchais l'Insolent", et "Mince Alors !" (pour ce dernier, il est aussi scénariste et producteur !). Il est également (avec Marie-France Brière) à l'initiative du Festival du Film Francophone d'Angoulême où "Intouchables" avait été projeté pour la première fois !
 
Pour qui aime le cinéma, autant dire qu'il y a donc de quoi dévorer dans ce livre palpitant, le plus souvent drôle et spirituel, parfois aussi très émouvant, et au final, profondément sincère et humain.


Tous les bons films ne sont pas des Films Bonheur... mais tous les Films Bonheur sont de bons films !


 

< Toutes les lettres >

Haut